Avant Après

Publié le par lady flo


Balais.jpg


Le marché ce matin avait des odeurs de préparatifs, de répétition générale. Les sapins circulaient dans la foule. Leurs cimes dépassant les têtes des clients affairés. Les queues s’allongeaient devant les étals, les marchandises luisaient de tous leurs feux. Les marchands apostrophaient la foule de leurs petits refrains sur trois notes : " 2euros les 2 kilos, elle est belle ma laitue venez voir mes haricots". Les poulets évidés reposaient sur des branchages de sapin comme des décorations de noël inattendues.
Les gens allaient courir les boutiques, rues, magasins pour dépenser en quelques jours ce qu’ils avaient eu tant de mal à gagner. Mais ce matin ils achetaient du solide, du roboratif, de l’immédiatement consommable. Les chariots obèses vacillaient sur leurs roues, grinçaient sous le poids des victuailles qui y étaient entassées. Tout semblait abondant, à porté de main en ce dimanche matin. Les gens étaient heureux, ils achetaient. Les conversations bruissaient de recettes, de listes, de projets. Certains mangeaient des huîtres debout entre deux voitures, le verre de blanc sur le capot posé.
Quelques heures plus tard, la place d’Aligre est vide, ressemblant à une salle de bal désertée. Fruits abîmés, et légumes défraîchis gisent, éparpillés sur le sol, entre quelques piles de cageots abandonnés. Les gros éléphants verts tournent déjà dans les rues adjacentes arrosant tout sur leur passage. Les gens ont fui; pressés de rentrer préparer tous ces aliments achetés.
Ne restent sur place que les petits hommes verts, balais à la main. Et puis aussi une étrange tribu. Silencieuse, affairée. Ses membres passent d’un côté de la rue à l’autre, le nez au sol. On les voit de loin se baisser furtivement. Amener à hauteur d’yeux une grappe de tomates, quelques oranges talées. Examiner attentivement la trouvaille puis la jeter au fond d’un sac aux couleurs passées. Et puis vite repartir vers le prochain tas coloré.
Petite la fin des marchés me faisait pleurer. Je crois savoir pourquoi.
   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article